Justin Trudeau a remplacé son ministre des Finances et s’apprête à forcer une pause des travaux parlementaires, geste dénoncé par l’opposition bloquiste et néo-démocrate.

C’est Chrystia Freeland qui, dorénavant, s’occupera des finances du pays, en remplacement de Bill Morneau, qui a démissionné lundi soir.

Celle qui est vice-première ministre a prêté serment pour ses nouvelles fonctions de ministre des Finances à Rideau Hall, mardi en milieu d’après-midi.

Elle a passé le flambeau des Affaires intergouvernementales à Dominic LeBlanc. Depuis l’élection de l’an dernier, M. LeBlanc siégeait au conseil des ministres, mais sans portefeuille, pendant qu’il se remettait d’un cancer.

Le premier ministre Justin Trudeau prévoyait aussi demander à la gouverneure générale de proroger le Parlement. Les élus reviendraient en Chambre seulement en octobre pour un nouveau discours du Trône et une mise à jour économique.

Après avoir analysé les conséquences de la manoeuvre, le chef bloquiste a publié une déclaration pour « exiger » que le Parlement reprenne ses travaux le 21 septembre, comme prévu au calendrier.

« Le Québec et le Canada ont besoin que le parlement fonctionne pour faire face à la pandémie (…) Tout délai supplémentaire équivaudrait à priver les Québécois est les Canadiens des outils leur permettant d’affronter une probable deuxième vague », a écrit M. Blanchet.

À Vancouver, le chef néo-démocrate Jagmeet Singh a critiqué, lui aussi, la prorogation annoncée. Selon M. Singh, les parlementaires doivent siéger afin de livrer l’aide nécessaire aux citoyens en temps de pandémie.

Pour ce qui est de l’arrivée de Mme Freeland au ministère des Finances, M. Blanchet s’y est montré plutôt favorable lorsqu’il a été invité à la commenter, en entrevue téléphonique. Il croit Mme Freeland « plus ouverte » aux demandes bloquistes pour un meilleur soutien des aînés que ne l’était M. Morneau.

Mme Freeland provoque une tout autre réaction chez les conservateurs.

« Pour Freeland, des taxes plus élevées, c’est l’équivalent d’une religion. Elle a déjà dit “amen” à une augmentation d’impôts », a dénoncé Pierre Poilievre qui avait convoqué un point de presse mardi matin.

Le député conservateur estime que l’abandon de son poste par le ministre Morneau plonge le pays dans un chaos, alors qu’il faut gérer la crise économique provoquée par la pandémie.

Cette démission avait été réclamée par les conservateurs et les bloquistes, tout comme celle de Justin Trudeau, démission que les conservateurs réclament encore.

« Est-ce que la démission de Justin Trudeau ajouterait au chaos? Non! Au contraire. La démission de Justin Trudeau va mettre fin au chaos. C’est lui qui cause le chaos », a martelé M. Poilievre.

L’opposition reproche à M. Morneau et à M. Trudeau l’octroi d’un contrat à l’organisme UNIS (WE Charity) pour la gestion d’un programme de bourses créé en réponse à la pandémie. L’organisme a abandonné le contrat lorsque l’affaire est devenue scandale. Le commissaire à l’éthique a ouvert des enquêtes étant donné les liens entre WE Charity et les familles Morneau et Trudeau.

En annonçant sa démission lundi soir, Bill Morneau n’a fait aucune référence à cet épisode. Il a dit qu’il quittait la vie politique parce qu’il n’avait jamais eu l’intention de se présenter pour un troisième mandat de député et qu’il voulait poser sa candidature à la direction de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

Le NPD ne lâche quand même pas cette partie du morceau. Le député Charlie Angus a écrit au commissaire à l’éthique, Mario Dion, mardi, pour s’assurer que l’enquête sur l’ancien ministre continuera malgré le départ de celui-ci.

Applaudissements à Toronto

« Il n’y a personne qui serait meilleur dans ce rôle que Chrystia Freeland », a déclaré le premier ministre ontarien Doug Ford avant la confirmation de Mme Freeland au poste de ministre des Finances.

« J’adore Chrystia Freeland. Elle est incroyable. Je vais l’aider. Je lui ai envoyé un message de félicitations. Je serai là pour elle. Je l’aiderai de toutes les manières possibles », a-t-il promis, lorsqu’il a été invité à commenter la nouvelle mardi matin.

SOURCE – Lina Dib, La Presse canadienne

(Crédit photo: compte Facebook de Chrystia Freeland)