Le philanthrope Pierre Lassonde transmet sa passion des arts

134

À l’occasion de son déjeuner d’affaires du 24 janvier, le Club canadien de Toronto recevait le président du Conseil des arts du Canada, Pierre Lassonde. Sur le thème Mille et une raisons de mettre les arts au cœur de nos vies, il a partagé sa passion pour les arts et souligné l’importance de la philanthropie.

Pour le conférencier, la philanthropie est une responsabilité sociale et, sa vision de la philanthropie, d’un mieux-être collectif, repose sur une ferme volonté de miser sur cette ressource inépuisable qu’est la créativité.

Depuis que Pierre Lassonde a racheté en 2008 la société minière Franco-Nevada, qu’il avait fondée en 1983, du géant aurifère Newmont, il a résolument décidé de changer son mode de vie. Il a versé des contributions financières à des institutions telles que l’Université de Toronto, le Collège Marie-Clarac, l’Université de l’Utah, l’École Polytechnique, les universités Western Ontario, Ryerson et York, de même qu’au Musée national des beaux-arts du Québec (MNBAQ).

L’entrepreneur partage aujourd’hui équitablement son temps entre le travail, la famille et la philanthropie. « J’ai grandi à Saint-Hyacinthe dans une maison où l’art était présent partout, explique celui qui a contribué à développer la philanthropie culturelle notamment avec la grande campagne de financement pour le nouveau pavillon du MNBAQ, auquel il a accordé 10 millions $, et qui porte désormais son nom. J’en ai développé une passion que j’aimerais léguer à mes enfants. »

Il a parlé de l’importance de la philanthropie dans la société et des trois « t » qui la définissent. « Donnez de votre temps, vos talents et partagez vos trésors, insiste M. Lassonde. Notre plus grande ressource naturelle au Canada, ce sont nos jeunes. Ils ont une imagination et une créativité extraordinaires. C’est pourquoi il est essentiel d’encourager cette créativité et d’investir dans les arts. »

Il a cité en exemple l’histoire peu banale de l’île Fogo à Terre-neuve, un site aujourd’hui prisé par le tourisme international, une authentique collectivité côtière où l’auberge est une œuvre architecturale exceptionnelle.

« Cet hôtel a été bâti et est exploité par des gens de l’île qui y ont aussi élu domicile », résume l’invité du Club canadien. Une entreprise à 100 % sociale. Tous les excédents d’exploitation sont réinvestis dans la communauté de l’île Fogo par le biais des projets et des programmes de la fondation Shorefast.

Conçu par l’architecte Todd Saunders, la Fogo Island Inn s’est acquis une belle réputation internationale grâce à son accueil exceptionnel (une spécialité de la région) et au concept audacieux, contemporain, innovateur et bien pensé du bâtiment.

Président du conseil d’administration du Conseil des arts du Canada (CAC), poste qu’il occupe depuis 2015, Pierre Lassonde a conclu sa présentation en parlant des nouveaux objectifs du CAC et du budget de l’organisme qui doublera au cours des cinq prochaines années.

Le gouvernement fédéral avait annoncé en mars 2016 que les crédits parlementaires du CAC seraient accrus de 40 millions $ en 2016-2017, de 75 millions en 2017-2018, de 110 millions en 2018-2019, de 145 millions en 2019-2020 et de 180 millions en 2020-2021. Un soutien important à la création artistique qui répond à la revendication vieille de plus d’une décennie des milieux culturels canadiens en faveur de l’augmentation du budget du CAC.