La Chandeleur : de la torche romaine au chandelier béni

101

« La Chandeleur est une fête très franco-française », déclarait Chantal Véchambre devant les membres de la Société d’histoire de Toronto.
Fête traditionnelle catholique qui célèbre la présentation de l’enfant Jésus au temple, elle se traduit populairement par le partage de crêpes le 2 février. Une tradition qui s’est étirée jusqu’au Canada francophone qui, selon les provinces, se prête avec un plaisir gourmand au jeu.

Alors d’où vient cette tradition? Comment la crêpe est-elle arrivée dans nos assiettes? Autant de questions qu’adressait la chef française et historienne culinaire.
Beaucoup savent que la crêpe provient de Bretagne. C’est dans cette région française que les croisés rapporteront le sarrasin à l’origine du plat. La tradition culinaire commence alors.

Chantal Véchambre, chef et historienne culinaire devant les membres de la Société d’histoire de Toronto

Aujourd’hui, la crêpe est partout en France. « Il y existe même une école de crêpiers », rapportait Chantal Véchambre.

Crêpe sucrée, crêpe salée (appelée alors galette), on la met à toutes les sauces et, selon les régions, les spécialités se multiplient. La Crespère de Gascogne à la fleur d’oranger, la Chasse-creupé de Metz, la Berdelle des Ardennes, l’Ardéchoise à la châtaigne d’Ardèche, la Couquebaque à la bière de Flandre du Nord-Pas de Calais et plus encore.

Si on en connaît bien les origines du plat, d’où vient cette idée de déguster des crêpes un 2 février?

Comme c’est bien souvent le cas avec les fêtes catholiques, la Chandeleur est, à la base, une fête païenne, remise au goût catholique par la papauté.

La Chandeleur puise ses racines dans la célébration des Lupercales de la Rome antique en l’honneur du dieu Lupercus, dieu de la fécondité et des futures récoltes.

« Une fête de dépravation dans toute la ville qui durait trois jours », explique en riant la chef notant la différence avec les célébrations d’aujourd’hui.

Les célébrations qui, à l’origine, débutaient le 13 février seront décalées au 2 février, date qui correspond à l’ancien rite hébraïque qui veut un décompte de 40 jours avant la présentation du nouveau-né au temple et dans ce cas-ci, la présentation de l’Enfant-Jésus.

Si les torches avaient une importance capitale dans la célébration païenne, elles ont été remplacées par des chandeliers bénis par l’Église et ces chandeliers donneront leur nom à la célébration.

Enfin, ce sera le pape Gélase 1er, en 450, qui liera pour de bon le 2 février à la tradition de la crêpe en la distribuant aux pèlerins lors de la procession.

Et si la Chandeleur a gagné le Canada – avec au Québec les Cretons de la chandeleur du Saguenay, les États-Unis semblent faire une œillade à cette fête traditionnelle avec les prémisses de qu’ils appellent le « Crêpe Day ».