Des films pour casser les frontières

128
Laura Bisaillon, professeure associée à l’Université de Toronto

Le Consulat de France à Toronto lançait, le lundi 13 février à la Bibliothèque de référence, le cycle Filmer les frontières : immigrer en Europe aujourd’hui.

Alors que la guerre syrienne fait rage déplaçant avec elle des millions de réfugiés, l’Europe fait désormais face à l’afflux de migrants le plus important de son histoire depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale.

C’est par le biais de productions filmographiques que le cycle Filmer les frontières, co-présenté par la Bibliothèque de référence, le Cinema Studies Institute et le Collège Innis de l’Université de Toronto et les Services culturels de l’Ambassade de France, entend aborder les questions d’immigration en les présentant sous un nouvel angle et ainsi ouvrir le débat.

Pour débuter la série, c’est le film La Cour de Babel de la réalisatrice française Julie Bertuccelli qui était projeté.

Ce documentaire suit des collégiens, âgés de 11 à 15 ans, d’une classe d’accueil pour apprendre le français du 10e arrondissement de Paris, ainsi que leur enseignant.
Originaires de Chine, du Chili, d’Irlande, d’Ukraine et d’Égypte, les adolescents se dévoilent devant la caméra avec l’innocence et l’énergie de la jeunesse. Ils racontent leurs espoirs de changer leur vie en remettant en cause beaucoup d’idées reçues sur la jeunesse et l’intégration.

À la suite de la projection, le public pouvait apporter ses commentaires lors d’un débat mené par Laura Bisaillon, professeure associée à l’Université de Toronto. Un débat qui profitait notamment de la présence d’une classe d’immersion dans la salle.

Le 21 février c’est le film Hope de Boris Lojkine, présenté au cours de la semaine de la critique du Festival de Cannes 2014, qui était projeté à la bibliothèque.
Une fiction qui dévoile le monde souterrain de l’immigration, son circuit économique ainsi que la violence à laquelle doivent faire face les femmes, en retraçant l’itinéraire d’une Nigériane, Hope, et d’un Camerounais, Léonard, en route pour l’Europe.

Le cycle Filmer les frontières se poursuivra en avril à l’Université de Toronto, avec deux nouvelles projections de films différents, les 6 et 12 avril, au Innis Town Hall de l’université.